• Album : Assemblée Générale Vendredi 2 mars 2012
      <b>1 AG ARS 2 MARS 2012</b> <br />

Hommage à René Zarb Cousin

Posté par amicaleretraitessogreah le 10 mai 2011

 

HOMMAGE  A  RENE  ZARB-COUSIN

 

Comme beaucoup d‘entre nous, sans doute, c’est avec une grande peine que j’ai appris ce matin le décès de René Zarb-Cousin car tout au long de ma carrière à SOGREAH, j’ai eu l’occasion à maintes reprises d’apprécier son savoir-faire sur le plan technique ainsi que ses qualités personnelles d’intégrité et d’amabilité.Hommage à René Zarb Cousin dans A-HOMMAGES A NOS COLLEGUES zarbcousinrene2009

J’ai rencontré René pour la première fois, peu après mon entrée à SOGREAH, à l’occasion de missions qu’il a effectuées à Racht dans le Nord-Ouest de L’IRAN où j’étais détaché en famille en 1970 et 71. Vers la même époque et plus tard il a effectué plusieurs missions à Tunis et à Madagascar.

Vingt années après en 1991, peu avant son départ en retraite, nous avons effectué ensemble une ou deux missions au MALAWI, où il s’agissait notamment d’identifier et de reconnaitre le tracé d’un gros canal d’amenée d’eau  d’irrigation en pleine brousse.

Entre ces deux dates, j’ai fait appel pour plusieurs grands projets d’irrigation et de drainage à l’équipe de dessinateurs et de projeteurs qu’il dirigeait en qualité de chef du bureau d’études du département des aménagements hydro-agricoles au siège de SOGREAH.

Après son départ en retraite, René et son épouse Janine ont souvent participé à des activités de l’Amicale des Retraités de SOGREAH à laquelle il était adhérent (la dernière en date le voyage de 3 jours. « Sur les rives des Lacs Italiens ». C’était aussi un artiste dont on a pu admirer quelques uns de ses tableaux à l’exposition des œuvres d’artistes amateurs organisée annuellement par l’Amicale et le C.E.

René et son épouse faisaient partie de la Compagnie d’Art Lyrique de Grenoble ; le 5 décembre dernier il était encore sur scène à la Salle Messaien jouant dans une comédie musicale avant qu’une terrible maladie ne le frappe et l’emporte en quelques mois.

J.C.P.

La Tronche, le 10 Mai 2011

2 Réponses à “Hommage à René Zarb Cousin”

  1. Alain Roussy dit :

    Merci Jean Claude pour ton témoignage, hommage et éloge de notre cher collègue René Zarb Cousin et que je partage pour avoir eu la joie aussi de rencontrer également ses qualités humaines, professionnelles et aussi artistiques (pour l’avoir vu chanter au Sappey avec sa belle troupe si fraternelle).Je ne suis pas si triste pour lui car sa vie a été très remplie humainement et toujours dans la loyauté. Pour moi l’être a toujours été immortel (depuis toujours) et je sais que comme après la séparation d’un voyage , l’on se retrouvera si néscessaire car l’ Amour est l’ essence universelle de toute vie. Je le dis en qualité de libre penseur et séparé de toutes religions. Lorsque le corps physique disparait, toutes nos illusions /concepts et ignorances meurent avec lui pour retourner en terre ; notre âme « énergie Lumière » seule intacte et pure retrouve son unité à sa source. Léonard de Vinci comme Lao Tseu disaient…. »Alors que je croyais apprendre à vivre, en fait j’ apprenais à mourir »…. Je viendrais donc Jean Claude avec vous tous Vendredi à Eybens pour cet instant de partage ou j’espère voir avec toi Claude Moinet aussi. Heartily, Alain Roussy

  2. Jacques Matringe dit :

    Après 28 ans de retraite, les souvenirs de cet homme si sympathique me reviennent facilement en mémoire. C’était un homme compétent, très simple et très amical. Je crois que tous ceux qui l’ont cotoyé ne peuvent qu’en garder de bons souvenirs. Pour ma part, je me rappelle, en particulier, un retour d’Abu-Dhabi, probablement en 1969 ou 70 : nous rentrions tous deux de mission. Nous étions assis côte à côte, dans un Convair-Coronado. C’était un quadri-réacteur qui avait une particularité : il avait un réservoir placé au dessus de chacun des réacteurs, au dessus et à l’arrière des ailes. Je ne me souviens plus de notre conversation, mais elle fut interrompue brusquement par René qui, placé contre le hublot, s’était aperçu que l’un de ces réservoirs fuyait : un filet de kérosène circulait le long du capot et se dissipait dans l’atmosphère. Le plus discrètement possible, nous avons demandé à l’hôtesse d’avertir le commandant de bord qui est venu voir, avec l’air un peu inquiet, mais il nous a dit “on va utiliser ce réservoir en priorité, dans un quart d’heure il sera vide”. Au cours de cette mission, Zarb avait effectué un gros travail de topographie, et le sable des dunes avait sérieusement rayé ses lunettes.
    Je pense à sa famille et lui adresse ma sympathie attristée. Jacques Matringe

Laisser un commentaire

 

HAVAN'AIX |
ETTGM3 |
mediacameroun |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Association Bretagne-Israel
| CLL ARMENTIERES RUGBY
| Amicale des sociologues de ...